site officiel du comité ile de france d'escrime
TROUVER UN CLUB COMPETITIONS

Le sabre laser

"Patience, pratique, persévérance..." – Code de l'Académie de Sabre Laser

Livrer un combat avec un sabre laser ? Un rêve pour beaucoup de passionnés de sciences fictions. Un rêve devenu possible avec l'apparition récente d’associations sportives qui proposent de manier l’arme des Chevaliers du côté lumineux ou des guerriers du côté obscur. Cet art martial nouvelle génération est parfaitement adapté aux passionné(e)s de l’univers créé à l’origine par George Lucas, mais également aux personnes désireuses de s’épanouir dans un sport dynamique et amusant.

Plus qu’un phénomène de mode, le maniement du sabre laser est un art martial à part entière. Il propose un apprentissage qui intègre une dimension spirituelle et morale visant à la maîtrise de soi et au développement global de l’individu, à la fois externe (force, souplesse), interne (énergie, santé), intellectuel et moral.

Bénéficiant de l’expérience de pratiquants et d’experts en Kendo, Kung-Fu, escrime et canne de combat française, l’Académie de Sabre Laser  va vous permettre de vous plonger dans la peau d’un Chevalier du côté lumineux ou un guerrier du côté obscur via ses cours, stages et compétitions.

Cette association sportive a pour but l’enseignement et la pratique sportive, ludique et artistique, et en particulier le sport de combat, en utilisant des sabres dits « sabres lasers ». Nous défendons le développement sportif et le partage des valeurs sportives, ainsi que les notions de « sport pour tous », de partage et de solidarité. Elle est un lieu de développement à la fois des compétences sportives et de la dimension sociale du cadre associatif, à travers les entraînements, les stages, les rencontres et leur organisation.

La pratique du sabre laser se réalise à travers un encadrement et une animation gérés par des enseignants diplômés d’État, instructeurs fédéraux, pratiquants depuis de nombreuses années au sein de fédérations sportives plus anciennes, telles que la Fédération Française d’Escrime et la Fédération Française d’Aïkido, Aïkibudo et affinitaires ou ayant suivi un stage d’instructeur de sabre laser.

Cette nouvelle activité est un véritable art martial, au regard de sa définition, et également un sport de combat, mettant en pratique l’utilisation du sabre laser de façon sportive et ludique, ceci, en appliquant les techniques, les méthodes et les formes du sabre telles qu’elles sont développées depuis la fin des années 1990.

Ainsi les adhérents, en plus de pouvoir apprendre à manier le sabre laser de manière codifiée et structurée, pourront participer à des compétitions et s'affronter amicalement dans des joutes sportives, telles que : « des combats en individuel », « des combats en équipe », « des tournois de techniques imposées » et « des tournois de techniques libres (ou combats chorégraphiés) ».

Les différentes disciplines Académie de Sabre Laser (ASL)-FFE

Le Combat Sportif :

Opposition, sur fonds d’imaginaire, entre 2 adversaires qui essaient de toucher l’autre sans se faire toucher, au moyen du tranchant de la lame de leur sabre laser, sur une surface valable caractérisée par le corps entier et le pommeau de l’arme, selon une convention spécifique, des règles singulières, un temps défini et au sein d’une surface circulaire codifiée.

Le Combat Chorégraphié :

Coopération, ancrée dans l’imaginaire de l’univers, entre au moins deux partenaires qui cherchent à concevoir puis à réaliser une prestation artistique, chorégraphiée, voire de spectacle, dans le but de la présenter à d’autres, au moyen d’une ou plusieurs armes laser et au sein d’une surface codifiée.

Les Katas Techniques :

Travail, ancré dans l’imaginaire de l’univers, que l’on réalise pour soi, seul ou avec un partenaire, et qui consiste à reproduire le plus fidèlement possible des techniques codifiées, dans le but de progresser techniquement, voire de le présenter à d’autres, au moyen d’un sabre laser et au sein d’une surface codifiée.

Le Combat Ludique :

Affrontement, ancré dans l’imaginaire de l’univers, entre plusieurs combattants, parfois répartis dans des équipes, qui cherchent à toucher sans se faire toucher, au moyen du tranchant de leur sabre laser, et par le biais de pouvoirs sélectionnés, sur une surface valable caractérisée par le corps entier et le pommeau de l’arme, selon la même convention et la même manière de combattre que dans le combat sportif et au sein de la même surface circulaire codifiée.

Il existe des stages de formation fédérale, 1er niveau de formation : l’Animateur Fédéral de Sabre Laser, après 100 heures de formation. 2ème niveau : diplômé d’Éducateur Fédéral de Sabre Laser, après une seconde formation de 100 heures.
Quand aux arbitres, ils sont validés lors des tournois nationaux.

Source : FFE/L'escrime/Académie de Sabre Laser

L'escrime artistique

L'Escrime est un aspect incontournable de notre Patrimoine et de notre Histoire. Elle n'a pas uniquement été un simple moyen de se défendre, mais aussi une part intégrante de la bienséance et du savoir vivre au même titre que la danse, la musique, ou l'équitation.

L'Escrime Artistique fait revivre la pratique de cette Escrime à travers toutes les époques, de l'antiquité au début du XXème siècle, en passant par le Grand Siècle et le Siècle des Lumières.

Ce n'est ni plus ni moins que l'escrime de cape et d'épée utilisée dans les films, les pièces de théâtre et les romans du même nom.

Les armes multiples et variées s'utilisent en fonction du siècle considéré : épée à deux mains, hache, fléau d'armes, dague, rapière, bâtons, canne, épée, fleuret, sabre...

L'escrime artistique est un mélange d'activité sportive et de discipline artistique, où la dépense physique, très importante, côtoie allègrement le côté comédien, le tout incluant un aspect historique très prononcé. Ivanhoé, les Chevaliers de la Table Ronde, d'Artagnan, Lagardère, Fanfan la Tulipe....faisant partie de notre patrimoine culturel et historique !

Elle se pratique sans les protections habituelles de l'escrime sportive, avec de véritables armes, et les actions demandent une préparation importante et nécessitent de nombreuses répétitions, réclamant coordination, mémoire, maîtrise de soi, condition physique, déplacement dans l'espace, sens du spectacle, créativité.

L’escrime artistique mise sur le partenariat. Ensemble, les partenaires construisent une phrase d'armes esthétique simulant un combat à la rapière, l'épée médiévale, le fleuret, l'épée de cour etc. En associant à la technique des armes et des déplacements (cascades) la comédie et l'expression corporelle, elle est souvent confondue avec l'escrime de spectacle. Les phrases d'armes sont alors intégrées dans un jeu de scène, souvent avec de la musique et parfois avec du texte.

Le choix des armes peut varier : des armes classiques comme l'épée de cour, la rapière, la dague, la canne, le bâton, en passant par des armes issues des univers de fiction (sabre laser).

Crédit photo : Jean-Noël Hautefaye

(Source et suite sur : FFE)

L'escrime à l'école

La pratique scolaire

L’escrime est présente depuis longtemps à l’école primaire. Les instituteurs, puis les professeurs des écoles, avec l’aide des maîtres d’armes, ont tout de suite apprécié la richesse éducative de cette discipline. De nombreux enseignants proposent déjà de l'escrime à leurs élèves. Outre les qualités physiques et de précisions que développe la pratique de l'escrime, ce sport offre des notions structurantes et un certain nombre de valeurs intéressantes pour l'éducation des enfants.

Un sport de combat pour tous

Petits, grands, filles, garçons, forts, moins forts, jeunes, moins jeunes, tous peuvent se rencontrer et jouer ensemble. L’escrime est une des seules activités de combat qui permet un affrontement intense sans brutalité, notamment pour deux raisons essentielles :

  • L’opposition se fait sans contact corporel direct, contrairement aux autres sports de combat (boxe, judo, karaté …)
  • L’usage d’une arme identique réduit l’importance des différences morphologiques entre les tireurs.

Du reste, les savoir-faire nécessaires au débutant pour commencer à jouer, s’acquièrent facilement. L’activité se construit essentiellement sur le plan cognitif : la compréhension des règles, la mise en place d’une tactique, l’adaptation à l’adversaire. En ce sens l’escrime a toute sa place au sein du système éducatif.

L'intérêt pédagogique

Ce sont des notions essentielles et structurantes que les élèves vont acquérir :

  • Vaincre son appréhension de l’autre en situation d’affrontement.
  • Adapter sa réponse motrice en fonction de l’action de son adversaire.
  • Respecter des règles et les faire respecter.
  • Apprendre des coordinations motrices spécifiques riches.
  • Élaborer des stratégies pour rendre son action efficace.

Ce dernier point constitue une richesse pédagogique qu’il faut souligner. En effet, si la stratégie est importante pour bon nombre d’activités sportives, elle n’est accessible que dans un second temps. Toutefois, en escrime, les jeunes peuvent rapidement mettre en place des stratégies. Les savoir-faire pour attaquer et défendre s’acquièrent rapidement et la force ne constitue pas un élément prépondérant pour gagner. Dès les premières séances, des constructions tactiques mettent en évidence l’intelligence du jeu nécessaire pour toucher. L’arbitrage est particulièrement valorisé et constitue, à lui seul, un intérêt pédagogique. Il faut connaître la règle du jeu, la reconnaître en situation de match et la faire respecter. L’arbitre doit notamment diriger le combat et s’exprimer. Il reconnaît les situations d’attaque, de défense et sanctionne les fautes ; il attribue les points et déclare le résultat du match. Cette tâche est particulièrement formatrice pour des enfants. A chaque séance, elle se reproduit un grand nombre de fois.

Promouvoir l'escrime à l'école, au collège, au lycée et dans les activités périscolaires

L’intervention en milieu scolaire et périscolaire est un axe privilégié pour développer notre sport en permettant aux élèves de découvrir, pratiquer, aimer l’escrime et en leur donnant envie de prolonger la pratique en club. C’est donc un enjeu également important pour les clubs qui pourront accueillir de nouveaux licenciés et dont le travail, les compétences et le savoir-faire seront valorisés aux yeux des territoires et des municipalités pour créer ainsi un effet domino sur la pérennisation de leurs emplois.

C’est pourquoi la FFE accompagne les clubs et leurs enseignants dans le développement de l’escrime scolaire et favoriser les passerelles entre la pratique à l’école et la pratique en club, en mettant à leur disposition des guides pratiques abordant tous les aspects de la mise en œuvre d'une activité escrime au sein des écoles, collèges, lycées et activés périscolaires.

Les guides :

Faire le lien de l'école au club d'escrime : le PASS'DECOUVERTE

Le Pass’Découverte : une 1ère licence en club

La licence Pass’Découverte est un dispositif mis en place par la FFE afin de créer des liens entre l’escrime pratiquée dans le cadre scolaire, périscolaire, centres de loisirs et de vacances (au moins 6 séances, durant l’année scolaire 2023-2024, et suivantes) et la pratique en club.

Elle est également valable pour les enfants et les adultes qui ont participé à la Semaine Copains-Copines.

Quelles actions inscrire ?

Les cycles d’escrime d’au moins 6 séances mis en place dans le cadre d’un partenariat avec les établissements scolaires :

  • Dans le 1eret le 2nd degré
  • Dans le cadre des enseignements obligatoires
  • Dans le cadre des AS du 2nddegré
  • Dans le secteur public ou privé
  • Dans le cadre des activités périscolaires
  • Dans le cadre des centres de loisirs et de vacances

Quand ?

En début d’année scolaire (pour toutes les actions programmées) ou au moins un mois avant le début de l’action.

Où ? Comment ?

Sur la plateforme dédiée sur l’Extranet fédéral.

Quelles sont les informations demandées ?

  • Nom de l’intervenant / de l’association
  • Nom et adresse de l’école ou de la structure où va se dérouler le cycle
  • Niveau de la classe initiée (s’il y a lieu)
  • Nombre d’élèves
  • Dates du cycle (début et fin)

En savoir plus et détail des étapes sur le site FFE

L'escrime sur ordonnance

Depuis mars 2017, il est possible de se faire prescrire une activité sportive adaptée (APA) sur ordonnance.

Seuls les patients reconnus en Affection de Longue Durée (ALD) peuvent bénéficier d’une prescription médicale pour le sport. 

Les Affections de Longue Durée (ALD) sont celles qui requièrent un traitement prolongé en raison de leur gravité et/ou de leur caractère chronique.

Cette mesure, vise à reconnaître le sport comme un « médicament ». Elle ne concerne toutefois qu’une certaine catégorie de patients, à savoir les personnes souffrant d’une Affection Longue Durée :

Pour bénéficier du sport sur ordonnance, si vous souffrez d’une des 30 pathologies correspondant aux ALD reconnues par l’Assurance maladie. Parmi ces dernières se trouvent par exemple :

  • Les accidents vasculaires cérébraux invalidants
  • Les insuffisances cardiaques graves
  • Les maladies chroniques actives du foie et les cirrhoses
  • La maladie d’Alzheimer
  • La maladie de Parkinson
  • Le diabète de type 1 et de type 2
  • La mucoviscidose
  • Une paraplégie
  • La sclérose en plaques

Pour entrer dans le cadre de ce dispositif, le patient doit suivre un parcours de soins bien précis. Plusieurs sports, dont l'Escrime, peuvent être prescrits.

Si vous êtes concerné, sachez que, malgré l’encadrement législatif du dispositif, la Sécurité sociale ne rembourse pas les activités sportives prescrites par un médecin. Mais vous pouvez peut-être bénéficier d’une prise en charge de votre mutuelle ou d’un acteur territorial en fonction de votre lieu de résidence.

Deux types de prise en charge sont toutefois possibles :

  • La prise en charge partielle ou intégrale par certains acteurs locaux : certaines collectivités territoriales proposent des aides pour financer les APA avec l’appui des agences régionales de santé, des conseils départementaux ou des communes. C’est le cas de Strasbourg, par exemple, qui propose un financement sur trois ans aux patients entrant dans le cadre du dispositif sport sur ordonnance. Ces derniers ne paient rien